Survivor Tour : je réponds à vos questions

Photo tous droits réservés © Yann Dehennault

Mon podcast Marie Sans Filtre est diffusé sur toutes les plateformes d’écoute, ou ici : anchor.fm/mariesansfiltre

Je te présente brièvement mon Survivor Tour 2021, et je réponds aux questions que tu m’as posées à ce propos, sur les réseaux sociaux. 

Le Survivor Tour est un tour de France à pied contre les violences sexistes que j’ai lancé en 2020. Chaque été, je marche le long des côtes et des frontières, pour reprendre l’espace public au patriarcat et dénoncer les violences systémiques. Je dors toute seule sous ma tente, dans la forêt. Tu peux lire mon manifeste détaillé ici.

En 2020, j’ai parcouru Dunkerque-Lannion à pied en 3 mois (1500 kilomètres). En 2021, je prévois 4 mois de marche, de Lannion à Arcachon (2000 kilomètres). Je pars jeudi 10 juin, à 10 heures. Tu peux me suivre en direct sur Instagram.

Maintenant, je réponds à tes questions (j’ai rassemblé celles qui se recoupent) :

  • “As-tu une arme pour te défendre ? Un couteau suisse, une fourchette ?” @cececovery

Oui j’ai un couteau et une fourchette, ahah. Mais moi je pratique l’autodéfense féministe, donc je n’utilise pas spécifiquement ces outils. Je te conseille l’écoute de mon podcast Marie Sans Filtre sur le sujet : “Je pratique l’autodéfense féministe”, si tu veux en savoir plus.

  • “Comment ça se passe pour les douches ?” @corpsjetecoute

Je ne me douche pas… Je dors sous ma tente, donc je pue pendant plusieurs jours (l’été dernier je n’avais pas de cheveux mais cet été ça va être un enfer car ils repoussent). Je vais tous les 4-5 jours chez l’habitant·e ou au camping pour me doucher, faire une machine et dormir en collectivité.

  • “Niveau repas, tu t’organises comment ?” @celine.lrtz

Je mange froid. Donc je n’emporte pas de réchaud, ni casserole (je pratique la marche ultra légère : mon sac fait 10 kg max). A midi, je vais souvent au restaurant pour bien manger, et le soir je me fais un pique nique sous la tente, à base de sandwichs, légumes et fruits (frais ou séchés). Le matin, je mange deux barres de céréales.

Photo tous droits réservés © Yann Dehennault

  • “C’est quoi ta super tente qui se monte avec bâtons ?” @virjudorcel

Ma tente, je l’aime beaucoup, oui. Il s’agit du modèle 3F UL Lanshan 1 Pro, pour 1 personne. Elle n’a pas d’arceaux : elle se tient avec un seul bâton de marche planté dans le sol. Et elle pèse 700 grammes… Je ne crois pas qu’il existe plus léger.

  • “Tu marches combien de kilomètres par jour ?” @mianabayani

Je ne marche “que” 15 kilomètres par jour en moyenne. Au-delà, je souffre et je ne tiens pas dans la durée. Ma priorité : avoir du plaisir et ne pas me blesser. 15 kilomètres par jour, c’est parfait pour moi !

  • “Ca se passe comment, le mental ?” @duchess.e

Le mental souffre après 2 mois de marche en moyenne… Or cet été je vais marcher 4 mois (du 10 juin au 10 octobre 2021), donc ça va être dur dès le milieu. C’est le corps qui lâche en premier (fatigue), puis le moral (déprime). Je prévois donc deux jours de pause par semaine, sans marche, pour me reposer.

Mais si tu parles de mon mental actuel, à la veille du départ, je suis surexcitée, j’ai hâte et je suis heureuse !

  • “Tu t’es entraînée spécifiquement, pour ce tour de France ?” @evatsuki

Oui, je marche tous les lundis, je fais des étirements, du yoga et un peu de course à pied… J’ai aussi fait des séances de kiné car je souffre d’une tendinite au tendon d’Achille gauche depuis l’été dernier. Mais aucun entraînement ne peut préparer une marche aussi longue. Je vais souffrir.

  • “Concrètement, en quoi marcher aide dans la lutte contre les violences ?” @tonton_faity

Marcher seule quand on est une femme ou une personne minorisée, c’est déjà politique. C’est défier l’ordre patriarcal et revendiquer l’espace public.

Mais très concrètement, je lutte contre les violences en :

  1. Témoignant de potentielles violences que je subis en chemin (deux exhibitionnistes l’année dernière)
  2. Rencontrant ou marchant avec d’autres personnes qui ont subi des violences
  3. Partageant la cagnotte d’associations féministes sur les réseaux sociaux, puis leur reversant des sous moi aussi (l’année dernière, c’était celle de l’asso En Parler)

Voilà pour mes réponses. Je donnerai de mes nouvelles régulièrement sur Instagram pendant mon Survivor Tour. Tu pourras aussi écouter mes aventures dans mon podcast Marie Sans Filtre.

Photo tous droits réservés © Clara Albert

Merci aux personnes qui soutiennent financièrement mon Survivor Tour : Louise, Emma, Louise, Tara, Blandine, Mathieu, Thomas, Eloïse, Lisa, Allan, Lou, Fanja, Kevin, Mathilde, Aristide, Lauriane, Charlotte, Manon, Elsa et Abdel.

Pour soutenir financièrement mon Survivor Tour, clique ici.

Cet épisode de podcast est tiré de ma newsletter envoyée à mes abonné·es mercredi 9 juin. Si tu souhaites t’y abonner, clique ici. Elle est désormais gratuite.

Première newsletter à (re)lire ici : “Le personnel est politique”.

Deuxième newsletter à (re)lire là : “A ton avis, pourquoi suis-je féministe ?”.

Souhaite-moi bonne chance pour mon Survivor Tour.

Marie Albert

11 juin 2021

Pour me suivre sur les réseaux sociaux : @mariealbertfr

Pour rémunérer mon travail : fr.tipeee.com/mariealbertfr

Marie Albert

Un commentaire sur “Survivor Tour : je réponds à vos questions

  1. Bonjour Marie,
    J’ai découvert récemment votre podcast en lisant un article du journal Le Monde.
    En écoutant le dernier épisode, je suis vraiment désolé de ce que cette personne très indélicate qui vous a pris en stop vous a fait subir. Il vous a totalement manqué de respect.
    Petit à petit, je prends connaissance des documents audiovisuels que vous faites paraître.
    En abordant le thème du rapport entre les hommes et les femmes par le récit de vos propres expériences, vous nous interpelez , parfois avec rudesse , « sans filtre », à la hauteur des désarrois que vous vivez et des combats que vous menez.
    En ce qui me concerne, vous ravivez des souvenirs qui m’amènent à faire un examen lucide des ratés dans mes relations.
    « Vivre ensemble, c’est comprendre ce qui peut offenser l’autre  » écrit Le Clézio.
    Vos podcast en sont la parfaite illustration.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page